lundi 7 juillet 2008

Ma visite au congrès de la SLA à Seattle

Flashback
Mi-avril, mon rapport de stage à pondre, un examen à étudier, un travail d'équipe à terminer, trois anniversaires d'enfants à préparer: disons que je n'avais pas vraiment le temps d'appliquer pour une bourse de la division Pharmaceutical & Health Technology de la Special Libraries Association (SLA), mais comme le bonheur ça se travaille, j'ai soumis un texte... et bingo, j'ai obtenu une bourse de $1500 pour assister au congrès annuel!

Seules conditions: être présente au déjeuner de la division, et écrire un compte-rendu du congrès dans Caplits, la revue de la P&HT. Comme ma superviseure de stage, Josée Schepper, m'a gentiment offert de partager sa chambre, disons que côté finances rien ne m'empêchait d'accepter la bourse. Une fois inscrite et le billet d'avion acheté, il ne me restait plus qu'à planifier mon horaire en ligne: identifier les sessions intéressantes, se laisser du temps pour visiter Seattle, et bien sûr noter les partys auxquels participer!!

Le congrès
Le dimanche 15 juin, j'étais fin prête pour parcourir les allées de l'INFO-EXPO, avec ses centaines de kiosques de fournisseurs. Tout le monde y est: Thomson, ProQuest, LexisNexis, les éditeurs. Comme vous pouvez le constater, mon sac de l'EBSI a vite été rempli de documentation et de freebies: stylos, bloc-notes et gogosses variées. Ce jour-là, on nous offrait du vin et des petits fours, ce qui a rendu l'expérience assez agréable. Un autre jour, c'était des barres de crème glacée Haagen-Dasz, et le dernier jour, bar ouvert... on nous a traité aux petits oignons. D'ailleurs, il y avait des réceptions commanditées à tous les soirs; heureusement que j'en ai marché un coup pour compenser mes excès de margaritas.

Petit souvenir de notre voyage étudiant à la LC de mars: j'ai croisé Diane, la présidente de la section de Washington D.C., devant un poster des activités qu'elle a organisées cette année, et quelle ne fut pas ma surprise de me voir sur une photo d'ebsiens, réseautant ferme avec des collègues américains... le monde est petit, comme disait l'autre!

La session d'ouverture du congrès mettait en vedette Vint Cerf, un des pères de l'internet. Son principal souci: rendre le Web accessible à toute la planète, en particulier via les téléphones cellulaires. Selon lui, la règle n'est plus "Knowledge is power" mais plutôt "Information sharing is power". J'ai ensuite assisté pendant les jours suivants à plusieurs sessions de présentations, mais je dois avouer que le temps exceptionnellement radieux m'a fait déserter à plusieurs reprises les salles de conférences pour des séances de magasinage. Notons cependant les résultats d'une étude sur les habitudes de recherche des utilisateurs de bibliothèques académiques: les étudiants se tournent rapidement vers Google s'ils ne trouvent pas ce qu'ils cherchent sur le site de la bibliothèque, ce qui devrait nous inciter à peaufiner son utilisabilité. Les solutions: présenter les ressources en classe, les rendre faciles à trouver sur le site et promouvoir nos services, encore et encore...

Mais pour moi, ce congrès a surtout été une affaire de réseautage. Comme vous pouvez le constater sur la photo ci-contre, plusieurs membres de la section de l'est du Canada de la SLA étaient présentes à la réception canadienne, dont Julie et Stéphanie, qui ont enseigné à l'EBSI. J'ai aussi renforcé mes liens d'amitié avec ma copine Amy, de McGill. Mais j'ai également rencontré des bibliothécaires spécialisées en bioinformatique, et nul doute que les ressources qu'elles ont développées me seront utiles dans mon futur milieu de travail. En fait, que votre passion soit les livres rares ou les publications gouvernementales, vous trouverez des bibliothécaires qui aiment les mêmes sujets pointus que vous, et ne vous sentirez plus si seul au monde!

Un mot sur les "gars des TI": oubliez vos préjugés sur leur nerditude, car leur party était le plus débridé de la semaine. Pour franchir le redoutable fossé entre les experts des technologies de l'information et les bibliothécaires, rien de mieux que de danser sur des hits des années 80.

Le tourisme
Outre ses nombreux points d'intérêt, Seattle compte aussi une bibliothèque publique ébouriffante, une visite virtuelle vous en convaincra. Toute de verre vêtue, sur 14 étages, elle présente une section pour enfants ludique, un café, une armée d'ordinateurs, un étage où tout est rouge du plafond au plancher, des escalators vert lime, bref, c'est assez audacieux comme concept. Seattle compte évidemment un Starbucks à chaque coin de rue, et son marché public est fort pittoresque. On peut également emprunter les transports en commun gratuitement dans le centre-ville, une idée pour Montréal?!

Finalement, j'ai participé à une sortie au Mont Rainier, organisée par la division P&HT. Non satisfaite de passer la semaine dans une région où les probabilités de tremblement de terre sont élevées (Seattle est construite sur une faille géologique profonde de quelques kilomètres), il fallait encore que j'aille me promener sur un volcan en activité. Mais rassurez-vous, il y avait encore 12 pieds de neige dans les sentiers de randonnée situés au tiers du sommet, pas de danger de se brûler. L'endroit s'appelle Paradise, ce qui change de l'enfer de l'EBSI! (joke facile)
En conclusion

Pour d'autres photos de mon périple, cliquez ici.
Je ne peux donc que recommander aux étudiants de l'EBSI de faire l'effort de soumettre une application à l'une des nombreuses bourses de voyage offertes par les différentes divisions de la SLA. Il faut bien sûr être membre, mais pour $35 j'ai déjà présenté dans un billet tous les avantages du membership étudiant. Pour vous encourager, sachez que la division P&HT n'a reçu que 5 demandes... les statistiques sont donc probablement de votre côté. Bonne chance, et rendez-vous l'an prochain à Washington!

1 commentaire:

Elodie a dit...

Nul doute après ce récit qu'il vaut vraiment la peine de postuler pour des bourses ! Quelle belle expérience... et contente que ce soit une membre de l'Est qui ait pu en profiter ! ;) La Section de l'Est semblait d'ailleurs être bien représentée au congrès...

Vert: Certificat Archivistique
Rouge: Certificat GIN
Jaune: M1
Orange: M2

Abonnez-vous à un (ou plusieurs de ces agendas)